Rosula Blanc | La Giette - CH 1984 Les Haudères
fr | de | en

Direction Est 2015

Transjurassienne 2013

 

Transalpine des yaks 2011

La perdrix des Neiges

Fragilité et beauté: des moments de danse dans la haute montagne
Genre: Film de danse minimaliste, haute montagne
Durée: 12min 05sec
Pay d'origine: Suisse (filmé dans l'Himalaya pakistanais)
Année de production: 2005
Première: 5 novembre 2005, Mase (CH)
Danse: Rosula Blanc (CH)
Musique: Goro Noda (Japon)
Costumes: Rosula Blanc
Images: André Georges (CH)
Direction artistique et montage: Rosula Blanc 

Dans ce film de danse basé sur le Butoh japonais et réalisé dans les paysages majestueux du massif du Nanga Parbat à plus de 4000m, Rosula Blanc questionne avec son corps l'environnement austère de la haute montagne. La perdrix des neiges est devenue le symbol de cette quête et les moments de danse nous ouvrent une vision poétique sur l'arrivée du printemps dans les montagnes avec un fort contraste entre la fragilité de l'être et la force de la nature.

Ce film a été présenté entre autre au Friktioner Performance Festival 2006, Uppsala, Suède; Sélection officielle: 23ème Festival International du Film de Montagne Autrans, France; Internationales Bergfilmfestival Tegernsee 2006, Allemagne; 5th International Festival of Outdoor Films 2007, République Tchèque.

 

       

Goldfishexpress

Genre: Film de musique
Durée: 6 min 17 sec
Pay d'origine: Suisse (filmé à Osaka et Londre)
Année de production: 2001/2002
Avant-Première: 2001 Scenography Exhibition, Laban Center London (UK)
Performers: Susanne Beschorner (BRD), Katsura Isobe (Japan), Rosula Blanc (CH)
Musique: Kaja (Japon)
Images: Rosula Blanc, Katsura Isobe, Maresa von Stockert
Direction artistique et montage: Rosula Blanc 

Les villes sont en constant développement, tout est en mouvement. Les habitants aussi sont pressés, s'élancent d'aujourd'hui vers demain en courant après un but imaginaire auquel ils se sont tellement habitués qu'ils ne peuvent plus le nommer. Courir est devenu un but en soi.

Nous ne savons pas si nous observons les pensées ou les rêves d'un passager de la Circle Line d'Osaka ou peut-être son alter-ego dans un monde parallel. Ou est-ce juste que partout dans le monde il y a des êtres humains qui cherchent leur chemin de vie, qui cherchent désespérement un but, une raison de vivre? La ville est marquée par d'innombrables traces individuelles.