Rosula Blanc | La Giette - CH 1984 Les Haudères
fr | de | en
26.05.2017

Séparation

Nous avons passé un hiver difficile à la Giette. J’en ai perdu les mots. 
Et c’est encore difficile de trouver les mots justes – peut-être parce que tout est en évolution, en transformation, en mouvement… 
 
Après douze ans de vie commune dans un espace minuscule, de constructions, de projets partagés et de longues journées de travail côte à côte, la vie de tous les jours et des développements personnels différents nous ont éloignés intérieurement et nous ont amené à avoir besoin de plus d’espace et d’autonomie et d’un moment de réflexion. Comme l’espace minuscule de notre chalet à la Giette ne nous donne pas beaucoup de possibilités de se retirer, ni de vivre à un rythme différent, nous avons décidé de vivre dans deux lieux séparés pour que chacun de nous puisse retrouver son équilibre et ses rêves de son côté. C’était une décision douloureuse, difficile, qui a remis en question le couple, qui a amené à une séparation dans un processus de transformation et de clarification intérieure qui continue encore: Qui suis-je ? Où vais-je ?
 
J’ai été profondément bouleversée d’apprendre l’accident de moto d’André la semaine dernière. C’est comme si la vie le confrontait encore plus brutalement à ces questions existentielles. Quelle immense épreuve ! Mais je sais qu’il porte en lui cette grande force intérieure, ce courage qui lui a permis d’aller en solo sur des 8000m ou dans des grandes courses en montagne, je sais qu’il a tout ce potentiel de création et d’expression artistique, ce rêve de peinture et sculpture qui dort en lui depuis son enfance et j’espère de tout cœur que cette lumière le portera, l’inspirera et lui ouvrira de nouvelles portes.
 
De mon côté c’est aussi cette lumière de la création que j’essaie de retrouver et de nourrir, tout en m’occupant désormais seule de la ferme et des animaux …
C'est un challenge pour moi de me trouver face au grand travail d'été des foins seule, c’est mon expédition de cette année dans laquelle il y aura un nouveau troupeau à gérer: le troupeau mécanique des machines agricoles…
J’apprendrai…
 
J’espère – qu’après avoir navigué les tempêtes et les épreuves -  l’espace et le temps nous permettra à trouver de nouvelles formes de coexistence et collaboration dans ce magnifique projet de « Yak shu lo ché » que nous avons construit ensemble.