Rosula Blanc | La Giette - CH 1984 Les Haudères
fr | de | en
08.02.2018

Retraite

Il fait un grand froid. Une épaisse couche de glace couvre le bassin des yaks, je dois aller chercher la grande hache pour arriver à la casser. Je remplis l’eau, apporte du foin au troupeau derrière la maison, nettoie l’écurie et brosse Julong qui est déjà en pleine mue. Kubilai en demande aussi. Je monte un moment sur son dos – pour le plaisir, le contact, le jeu et pour lui faire un peu de Shiatsu sur ses épaules et la nuque depuis en haut – un petit moment de complicité et de bonheur partagé.

Finalement, je prends un grand plaisir à cette retraite inattendue, au simple rythme des journées silencieuses et à la vie sauvage, seule dans la montagne hivernale avec mon troupeau. Quelque part cet hiver hors du monde tombe parfaitement juste dans ma vie, à un moment où je me retrouve de toute façon seule –alors quoi de mieux que d’aller plus loin dans la solitude?

Cette retraite me donne l’occasion d’aller revisiter mes valeurs et mes rêves profonds et de réfléchir à ma vie… Une de mes valeurs profondes a toujours été la recherche une vie simple, respectueuse, en harmonie avec la nature. Cet hiver, je crois que je m’approche de cet idéal…

L’après-midi je sors un moment étudier au soleil, je pose ma chaise dans le pâturage, Tsarang rumine à côté de moi, son petit frère Diri vient boxer la chaise... Ce n’est pas que je m’ennuie dans ce silence ou que je serai dans le vide – le vide ce sera pour une autre fois - comme tous les hivers j’ai un projet sur lequel travailler et cette hiver avant tout j’ai beaucoup à étudier pour la formation de Shiatsu pour animaux que je suis en train de faire. Pour être reconnu comme thérapeute il faut – en plus des cours de Shiatsu et de médecine chinoise - suivre un cours d’anatomie et pathologie des animaux – et là c’est beaucoup à étudier et à apprendre par coeur…

Le soir les jeunes yaks jouent à la course au tour de la maison…